Traduction du communiqué de presse


Contrastant avec l'exposition personnelle de Tatiana Trouvé, Il Grande Ritratto, au Space02, qui définit un espace dans une situation de temps arrêté, l'exposition collective Catch me! étudie le phénomène de la vitesse comme expérience personnelle en relation à une image socialement construite et comme une quête pour saisir la vie à bras le corps.


Le 20ème siècle a été le témoin de nombreux travaux théoriques et artistiques traitant de la vitesse comme un phénomène expérimental, et, comme l'avait prédit Guillaume Apollinaire en 1903, il pourrait s'appeler "le siècle de la vitesse". Avec la demande croissante de retour au calme, ce thème a refait surface, exploré de manière critique à la fois comme une métaphore du développement de la vie elle-même et des situations concentrées emplies d'énergie. Dans le même temps, tout en niant l'optimisme du modernisme, la vitesse est célébrée avec enthousiasme.


La vitesse est souvent critiquée de manière exagérée ou romantiquement idéalisée comme par exemple dans Sur la route de Jack Kerouac ou dans l'essai de référence Inertie polaire de Paul Virilio. Elle a été la métaphore de la nouveauté et de la chaleur, d'une force motrice du développement de la vie autant que de contextes stimulant l'énergie, la créativité et le mental. Les oeuvres choisies pour l'exposition Catch me! décrivent cette fascination pour les situations extrêmes, l'émotion et l'exaltation suscitées par la dynamique d'accélération, ainsi que la fascination engendrée par l'impact du mouvement dans le temps. Le fait que chaque forme de la vitesse soit inévitablement suivie d'une décélération est souvent oublié quand nous sommes dans la phase euphorique de l'accélération, même si c'est ce que la crise a incontestablement démontré lorsque nous avons été brutalement confrontés à l'effondrement des marchés boursiers.


Ainsi, Catch me traite du désir, de l'attente, de la soif de vitesse qui peut être envisagée comme un désir de maîtriser un moment privilégié. La vitesse et l'accélération intègrent généralement une image très masculine qui déborde vers le charnel et l'érotisme. Cela promettant une expérience excitante, parfois même clair-voyante, telle qu'énoncée avec vigueur par les Futuristes il y a un siècle lorsque Marinetti proclamait la fin de la passivité, que "l'agressivité de l'action" était à venir et que "la magnificence du monde avait été enrichie par la nouvelle beauté de la vitesse." En 1909, quand Marinetti écrivit sa célèbre déclaration en condamnant le passé, les voitures roulaient à peine plus vite que le plus rapide des animaux, le premier avion venait de décoller, mais aucun homme ou femme n'avait encore été sur la lune et vu réellement le mouvement circulaire ralenti de la petite boule bleue dans un gigantesque espace, infini et toujours en mouvement. Et personne n'avait encore rêvé d'être plongé dans les profondeurs d'un proton et d'y découvrir un tout nouvel univers, celui de la vie, toujours en activité.


En conséquence, le désir de saisir la vitesse doit également être envisagé comme le souhait de comprendre ce phénomène comme une métaphore de la vie elle-même dans sa forme et sa composition et de l'explorer isolément, peut-être avec un ralentissement anachronique, en la faisant éclater ou en en extrayant avec force une essence.

Débutant avec le Jardinage à haut-débit de Ed Rusha, l'exposition s'organise en un essai de chorégraphie, avec un groupe d'artistes abordant diverses facettes de la vitesse dans l'architecture de Space01.






Expositions à venir et en cours

Catch Me, Saisir la vitesse
Kunsthaus Graz (Autriche)

06.02 - 24.05.2010









































































































Précédent Suivant

Archives 2010

English
Deutsch











Catch Me, Saisir la vitesse, Kunsthaus Graz

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Exposition du 6 février au 25 avril 2010. Kunsthaus Graz, Space01, Lendkal 1 - 8020 Graz (Autriche). Tél.: +43 316 8017 9200. Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 18h.