Traduction du communiqué de presse


Oonagh Young Gallery présente la première exposition en Irlande de Daniel Canogar, Scanner. Construite à partir de câbles de téléphone, de télévision et d'ordinateurs, cette installation fait ressortir l'idée de mortalité en rapport aux technologies qui deviennent obsolètes avec une rapidité croissante, assortie d'une réflexion sur nos rapports à ces technologies. Cette installation élégiaque peut être interprétée comme une méditation sur le découragement et la déception prévalant aujourd'hui.


L'intérêt porté par l'artiste à ces matériaux provient de ses "safaris photo" - des balades en vélo effectuées par Canogar autour de la ville avec son appareil. Dans cette expérience qu'il utilise comme des saynettes, son attention s'est portée vers un paysage émergent de technologies redondantes. Des scènes urbaines constituent le point de départ d'une grande partie de son travail développée ces dernières années avec un intérêt croissant pour les images de ruines, de bâtiments démolis et de détritus variés de la vie moderne. Ces visions ont fixé l'intérêt de l'artiste dans les excès des médias de notre société contemporaine. Canogar exprime sa préoccupation sur la tension existant entre la technologie et le corps humain à travers l'utilisation de la lumière dans des narrations à thème. Combinant les déchets trouvés des nouvelles technologies, l'artiste tente de restaurer le corps dématérialisé dans cette "société du spectacle".

































Expositions à venir et en cours

Daniel Canogar, Scanner
Oonagh Young Gallery, Dublin (Irlande)

19.03 - 30.04.2010


































































































Précédent Suivant

Archives 2010

English











Daniel Canogar, Scanner, Oonagh Young Gallery, Dublin

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Exposition du 19 mars au 30 avril 2010. Oonagh Young Gallery, 1 James Joyce Street - Dublin 1 (Irlande). Ouverture jeudi - samedi de 12h à 18h et sur rendez-vous.




La mémoire est inscrite dans l'oeuvre de Canogar. Les déchets de notre vie quotidienne conservent le souvenir de notre vie quotidienne; les câbles électriques gardent des traces de leur activité passée et les voix qu'ils ont transmises auparavant. A travers son utilisation de ces matériaux mis au rebut, l'artiste tente de retrouver le passé grâce à la mémoire individuelle et collective, cherchant à révéler des secrets, des mystères et des histoires oubliées.