Traduction du communiqué de presse


Francois Ghebaly est heureux de présenter la première exposition personnelle de Marie Jager. L'exposition présente des peintures, des estampes et des oeuvres sur papier.


Dans sa série Pollution Painting, Marie Jager rend apparents la combustion invisible et les sédiments qui environnent le paysage urbain, tout en exprimant la vision inquiète de l'artiste sur la ville où elle réside. Jouant sur la réputation de Los Angeles inscrite dans la passion de l'automobile, le soleil incessant et les couchers de soleil brumeux, Marie Jager a installé des toiles dans divers lieux de la ville - son jardin, à proximité de la plage, sur le toit d'un site industriel de proximité - puis les a récupérées telles des peintures de paysage "readymade". Les délicates abstractions qui en sont le résultat inversent les conventions établies depuis longtemps de la peinture en plein air car les traces de pollution de Los Angeles sont capturées et utilisées en tant que telles. Contrastant avec ces portraits sur le long terme de l'environnement urbain, l'instant de combustion qui définit la vie quotidienne à Los Angeles - le tour de clé de la voiture - est capturé de manière répétitive dans la série Starter de Jager où l'huile brûlée déchargée quand le moteur démarre crée une peinture à l'huile instantanée, reflétant la mobilité de la ville et la dépendance de ses habitants à l'automobile.


Les oeuvres de la série Heat (2009) de Marie Jager sont des vues aériennes de la ville de Los Angeles, partiellement exposées avec une technique de masquage aux rayons nocifs du soleil durant les vagues de chaleur. Elle a utilisé un procédé similaire au cyanotype inventé par l'astronome britannique John Herschel. Dans ses interventions, elle augmente la photosensibilité : soumettant les images des éléments de la ville à une longue exposition, elle les mène à un degré de décoloration qui évoque l'effet aveuglant du soleil. Alors que cette série résulte du flot de lumière pénétrant les images, les oeuvres de la série Rain transforment les vues de la ville en aquarelles géantes, enregistrant divers effets de pluie provoquant des niveaux variés d'abstraction.

























Expositions à venir et en cours

Marie Jager, Pollution Painting
Kunsthalle LA, Los Angeles (USA)

01.05 - 19.06.2010


















































































Précédent Suivant

Archives 2010

Marie Jager, Pollution Painting, Kunsthalle LA, Los Angeles

English









Exposition du 1er mai au 19 juin 2010. Kunsthalle LA, 932 Chung King Road - Los Angeles, CA 90012 (USA). Tél.: 323) 221 2300. Ouverture du mercredi au dimanche de 12h à 18h.


















© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Le titre de l'exposition est tiré de celui du roman de James Ellroy, mais se réfère surtout au paysage urbain sans fin définissant la métropole de la Californie. Chaque vue aérienne montre une zone précise de la ville, qui reste néanmoins presque impossible à localiser.






Marie Jager, Starter (détail), 2008. Courtoisie de l’artiste et François Ghebaly, Los Angeles


Marie Jager, Starter (détail), 2008. Courtoisie de l’artiste et François Ghebaly, Los Angeles