Traduction du communiqué de presse


Rethinking Location - Anytime Anywhere Everything chez Sprüth Magers Berlin


Les artistes : Rosa Barba - Cyprien Gaillard - Andreas Hofer - Koo Jeong- A David Maljkovic - Trevor Paglen - Christodoulos Panayiotou - Sterling Ruby Paul Sietsema - Taryn Simon - Armando Andrade Tudela - Andro Wekua

Commissaire d'exposition : Johannes Fricke Waldthausen


Présentant le travail de douze artistes conceptuels, de cinéastes et de photographes présentant diverses interprétations de géographies de fiction, de sites imaginaires et de destinations éparses, l'exposition Rethinking location revient sur la définition du lieu. Dans une époque caractérisée par une perception du temps et de l'espace à l'évolution accélérée, de migration et de globalisation, notre interprétation d'un lieu s'est considérablement transformée. Tenant ces changements pour acquis, l'exposition explore la manière dont les artistes utilisent le territoire et la géographie comme matière à oeuvres.



























Expositions à venir et en cours

Repenser le territoire
Sprüth Magers Berlin (Allemagne)

01.05 - 19.06.2010



















































































Précédent Suivant

Archives 2010

Art pour le monde [L’expo], Shangai

English
Deutsch









Exposition du 1er mai au 19 juin 2010. Sprüth Magers Berlin, Oranienburger Straße 18 D-10178 Berlin. Ouverture du mardi au samedi de 11h à 18h.




















© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Les oeuvres de Rosa Barba et de Taryn Simon découlent souvent d'un intérêt porté à des sites inhabituels ou à des situations improbables: le film de Rosa Barba, The Empirical Effect - L'effet empirique (2010) explore une "zone rouge" géographique; tissant une fiction autour du volcan du Vésuve, son film a été tourné lors d'un test réel d'évacuation et, sur un autre plan, met en avant les relations complexes entre la société et la politique en Italie. Travaillant avec l'Observatoire du Vésuve, laboratoire de recherche scientifique, Rosa Barba crée un documentaire de fiction incluant des caméras de surveillance, des sismographes et les premiers documents d'archives de Naples provenant des Frères Lumière. En empathie avec la fonction d'un ethnographe contemporain, le travail de Taryn Simon, photographe installé à New York, oscille entre réalisme esthétique et mémoire collective. Ses oeuvres présentées dans Rethinking Location font référence à des sites de pouvoir géopolitique, comme l'intérieur du Palais de la Révolution de Fidel Castro à La Havane et des tirs de nuit depuis une frontière entre Jérusalem et Ramallah sur la Cisjordanie.


Cyprien Gaillard modifie dans son oeuvre la hiérarchie des territoires géographiques et de leur valeur de représentation en les isolant de leurs connotations originales: il déconstruit et trouble des paysages réels en y introduisant un esprit d'anachronisme et de ruine touchant à la fois leur présent et leur passé. Sa série Champs de Repos (2010) s'intéresse à l'architecture décomposée des bunkers de la Seconde Guerre mondiale sur les côtes normandes.


Les films 16 mm, dessins et sculptures de Paul Sietsema, éliminent la couleur, l'espace et le mouvement dans des sujets couvrant un large éventail géographique et temporel. Ces dernières années, il a rassemblé des photographies d'archives d'objets de "cultures disparues", provenant souvent de livres rares d'anthropologie et d'ethnographie. Les objets qu'il étudie et insère dans son oeuvre sont souvent issus du colonialisme occidental, de l'industrialisation et d'explorations géographiques en Océanie, en Asie du Sud et en Afrique. Dans son film analyse d´une épouse (2008) il décrit un naufrage, capturant les images de l'épave sur la pellicule comme des sculptures intemporelles d'une mémoire culturelle perdue.


Rappelant la vision de Nicolas Bourriaud de l'artiste comme sémionaute, utilisant la géographie comme matière première pour de nouvelles oeuvres, la dérive et le déplacement entre diverses villes permet aux artistes d'articuler des dialogues multi-dimensionnels, séminaux entre différents contextes. Avec un approche artistique à la fois locale et globale, guidée par les déplacements, les expéditions, les lieux, les destinations et les routes sont des éléments qui deviennent progressivement signifiants.


Intéressé par les topos de séparation et de déplacement, l'artiste péruvien Aramando Andrade Tudela explore la notion d' "abstraction tropicale". Puisant dans le potentiel de l'architecture moderniste utopique de l'Amérique du Sud dans les années 1960, son film 16 mm Espace Niemayer (2007) est tourné dans le siège du Parti communiste français à Paris. Avec un tournage essentiellement en gros plan, Tudela a transformé le bâtiment construit entre 1967 et 1972 par l'architecte brésilien Oscar Niemayer en non-lieu: un site de fiction sans fondement géographique.


Koo Jeong-A élabore des mythologies et des sites imaginaires dans la logique de lieux existants. Son travail donne souvent de l'importance au dissimulé, à l'éphémère et à l'invisible. Pour l'exposition, Koo Jeong-A a produit une nouvelle série d'oeuvres, constituée de couches géologiques et sociales où les cartes, les dessins et les signes réfèrent à une géographie conceptuelle. Elle a créé en outre un site spécifique, lieu secret dont les surprises sont à encore à découvrir.


Les oeuvres d'Andreas Hofer font chevaucher science-fiction, recherche scientifique et culture populaire. Rappelant souvent les débuts du film noir, les comics et la littérature policière, son installation Robert and Matt Maitland (2010) reprend la notion de l'artiste comme explorateur. Son oeuvre pour l'exposition superpose avec malice le héros de la nouvelle de science-fiction Concrete Island écrite par J.G. Ballard en 1974 et le projet d'une exploration géographique provenant d'un comic classique des années 1950. En associant deux scénarios distincts, Hofer crée un nouveau paysage imaginaire.


Les interactions actuelles entre les sites réels, les médias et les nouvelles technologies, transforment les lieux en lieux virtuels éparpillés: des constellations de signes alternatifs alternant entre réel et virtuel. De plus, Internet a augmenté de manière flagrante la présence de cartes et de systèmes de navigation dans notre esprit. Par exemple, il est devenu plus simple de créer des cartes, de les partager et de les modifier, et de les créer en interactivité (ex.: systèmes GPS, Google Maps, Google Earth).


L'oeuvre de Trevor Plagen brouille les limites entre art, science et politique. Détenteur d'un diplôme de géographie et travaillant au département de géographie de l'Université de Berkeley, il utilise les bases de données, les informations en recherche avancée et les observations techniques en photographie pour créer des cartes des territoires de secret militaire américains. Dans sa série The Other Night Sky, Paglen attire notre attention sur les quelque 189 satellites espions gérés par l'armée américaine pour mettre la plupart des pays du monde sous surveillance.


Les diverses approches présentées dans Rethinking Location montre un vaste panorama d'idées et de systèmes interconnectés dans un monde où les territoires sont de plus en plus interdépendants. Encourageant l'interdisciplinarité, l'exposition souhaite faire réfléchir sur ce que signifie la notion de lieu actuellement. Après le succès des réseaux sociaux et communautés, un intérêt pourrait-il être désormais porté au territoire comme une nouvelle dimension-clé ?